Psychologie sociale 12

Card Set Information

Author:
Martacus
ID:
214477
Filename:
Psychologie sociale 12
Updated:
2013-04-19 06:56:06
Tags:
Psychologie sociale 12
Folders:

Description:
Psychologie sociale 12
Show Answers:

Home > Flashcards > Print Preview

The flashcards below were created by user Martacus on FreezingBlue Flashcards. What would you like to do?


  1. Au-delà de l’intérêt pour le petit groupe et la dynamique des groupes, l’approche basée sur les cognitions sociales et l’approche intergroupes constituent actuellement deux nouveaux courants de recherche dans l’étude des groupes en psychologie sociale. Ces deux approches privilégient une orientation cognitive basée sur le rôle des processus de catégorisation. Cependant, elles se distinguent dans la façon de conceptualiser les rapports entre la psychologie individuelle et la psychologie des groupes. Lequel des énoncés suivants ne fait pas partie des éléments de cette distinction?
    A) L’une considère que la situation d’interaction est la situation normale ou que la situation d’un individu sans contact avec autrui est plutôt exceptionnelle.
    B) Pour l’autre, si la situation d’interaction est courante, il reste que chaque individu est d’abord et continuellement en contact avec lui-même.
    C) Pour l’autre, la compréhension de phénomènes émergents en groupe ne peut reposer sur la seule étude des individus pris de manière isolée.
    D) L’une se caractérise comme l’étude de la cognition individuelle à propos des groupes.
    B) Pour l’autre, si la situation d’interaction est courante, il reste que chaque individu est d’abord et continuellement en contact avec lui-même.
    (this multiple choice question has been scrambled)
  2. Pour qu’il soit justifié d’utiliser le concept de groupe, la plupart des auteurs soutiennent qu’il faut non seulement qu’il y ait un ensemble d’individus, mais aussi d’autres éléments. Lequel des éléments ci-dessous se rapportant à la définition du groupe ne trouve plus sa pertinence dans le cas d’une définition des groupes de grande taille?
    A) Il y a une interaction face à face.
    B) Il y a un but commun.
    C) Les individus s’influencent mutuellement.
    D) Il y a une interdépendance entre les différents membres du groupe.e) Les individus qui en font partie se considèrent comme membres de la même catégorie sociale.
    A) Il y a une interaction face à face.
    (this multiple choice question has been scrambled)
  3. Lequel des énoncés ci-dessous est faux par rapport aux groupes informels?
    A) Chaque membre se voit attribuer par certains membres du groupe des tâches à accomplir.
    B) Les groupes informels ont autant sinon plus d’influence sur le rendement d’une entreprise que les groupes formels.
    C) Les groupes informels se développent naturellement selon des intérêts communs.
    D) L’adhésion au groupe est volontaire.
    A) Chaque membre se voit attribuer par certains membres du groupe des tâches à accomplir.
    (this multiple choice question has been scrambled)
  4. Les groupes de référence peuvent être des groupes dont nous ne faisons pas partie, mais qui nous servent de modèle et auxquels nous aspirons appartenir un jour.
    Vrai
  5. Une méta-analyse des recherches montre que, dans un état de désindividuation, les individus et les groupes sont particulièrement sensibles aux
    A) normes spécifiques à la situation
    B) normes sociales générales
    C) influences antisociales
    D) influences prosociales
    A) normes spécifiques à la situation
    (this multiple choice question has been scrambled)
  6. Une série d’expériences a montré que lorsqu’il s’agit d’expliquer le comportement des membres d’un groupe, l’erreur fondamentale d’attribution se produit avec beaucoup plus de force quand le groupe peut être considéré comme ayant une forte unité cohérente. Quel est le concept qui correspond à cette caractéristique du groupe?
    Le concept théorique d'entitativité de Campbell.
  7. Dans une expérience faite par Schachter (1959), les expérimentateurs disaient aux participants que la recherche testait l’effet des chocs électriques chez l’être humain. Dans un des groupes, les participants étaient avertis que les chocs seraient de forte intensité et dans l’autre, qu’ils seraient de faible intensité. Le pourcentage de participants désirant être accompagnés d’autres personnes dans la salle d’attente était beaucoup plus élevé dans le cas des participants attendant pour recevoir un choc de forte intensité. Quel modèle permet d’expliquer le rôle que joue le groupe dans cet exemple?
    a) Le modèle fonctionnaliste.
    b) Le modèle de la cohésion sociale.
    c) Le modèle de l’identification sociale.
    d) Le modèle de l’abus de pouvoir.
  8. En prenant les cultures nationales et non les individus comme unité d’analyse, Bollinger et Hofstede (1987) observent une relation significative et positive entre le « contrôle de l’incertitude » et « l’individualisme », deux dimensions culturelles fondamentales qui se trouvent à divers degrés dans toutes les cultures.
    Faux, c'est l'inverse qui se produit.
  9. Les concepts de comparaison sociale et de privation relative sont utiles pour comprendre comment des individus sont motivés à participer à des mouvements sociaux lorsqu’en comparant leur groupe d’appartenance à un autre groupe pertinent, ils prennent la mesure des inégalités dont ils sont victimes. Mais comment expliquer que des individus en situation de comparaison favorable relativement à un autre groupe (gratification relative) manifestent de l’hostilité envers ce groupe?
    Dénigrer autrui pour justifier leur situation favorable.
  10. Selon le modèle de la cohésion sociale, comment un groupe peut-il se former? Dans ce contexte, que signifie le mot « cohésion »?
    La force des liens qui unissent les différents membres d'un groupe.
  11. Dans un conflit entre deux groupes (tel que celui impliquant les États-Unis et les terroristes), le groupe adverse constitue une menace. Or, il semble que toute forme de menace extérieure ait la propriété de diminuer la cohésion intragroupe.
    Faux, c'est l'inverse qui se produit.
  12. Une étude de Worchel et Norvell (1980) a démontré que l’attraction entre les membres d’un groupe qui échoue un projet peut augmenter lorsque ceux-ci attribuent la cause de l’échec à des conditions de l’environnement.
    Vrai
  13. Nommez trois conséquences reliées au fait qu’il existe une forte cohésion dans un groupe.
    • 1)Faible roulement de personnel au sein du groupe
    • 2)L'intolérence à la déviance
    • 3)Une tendance marqué envers le conformisme
    • Bonus Une participation élevée et assidue aux activités du groupe.
  14. Selon la théorie de l’autocatégorisation, l’appartenance psychologique à un groupe et la formation de celui-ci sont des phénomènes ayant une base affective.
    Faux,c'est une base perceptuelle et cognitive, et non affective, comme le prétendent les tenants du modèle de la cohésion sociale.
  15. La théorie de l’autocatégorisation porte sur la formation des groupes. Lequel des énoncés ci- dessous n’est pas une caractéristique de la théorie de l’autocatégorisation?
    A) L’attraction interpersonnelle n’est pas nécessaire à la formation du groupe.
    B) La cause nécessaire et suffisante de la formation d’un groupe, c’est que les individus se classifient comme membres d’une catégorie sociale particulière.
    C) L’un des objectifs de la formation du groupe est d’exécuter une tâche particulière qui requiert la participation d’autrui.
    D) La cohésion sociale peut émerger comme produit direct de l’identification sociale.
    C) L’un des objectifs de la formation du groupe est d’exécuter une tâche particulière qui requiert la participation d’autrui.
    (this multiple choice question has been scrambled)
  16. Lorsque des individus se réunissent, on observe après quelque temps certaines constantes dans la manière d’agir des différents membres du groupe. On appelle ces tendances relativement constantes des groupes, la structure des groupes. Les trois concepts importants qui ont trait à la structure de tous les groupes sociaux sont les rôles, les normes et le statut. Définissez ces trois concepts et expliquez pourquoi ils sont importants.
    • Les rôles= Ont définie habituellement le rôle comme étant l'ensemble des comportements attendus et jugés appropriés d'un individu occupant une certaine position dans un groupe.Les rôles ont une importance psychologique importante en raison des attentes qui y sont liées.
    • Les normes=Il s'agit de règles habituellement implicites qui indiquent aux membres du groupe les comportements qui sont appropriés ou inappropriés dans une situation donnée.Les normes sociales ont pour fonction de faciliter l'intéraction sociale, et de rendre l'intéraction à l'intérieur du groupe plus efficace ou plus satisfaisante au regard des objectifs du groupe.
    • Les statuts=Les différences relativement stables de prestige, de dominance ou de contrôle entre les membres du groupe.
  17. Comment se nomme le mécanisme par lequel une société transmet sa culture, c’est-à-dire son système de valeurs, de normes, de rôles sociaux et de sanctions?
    La socialisation
  18. Lequel des auteurs mentionnés ci-dessous a proposé une nouvelle théorie dans le domaine de la socialisation, la théorie de la socialisation collective, selon laquelle l’influence des parents serait indirecte et se produirait par l’entremise du groupe de pairs? 
    a) Harris (1995)
    b) Maccoby (2000)
    a) Harris (1995)
  19. Les jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans se distinguent de tous les autres groupes d’âge par une plus grande instabilité dans leurs attitudes politiques. Cette prédisposition au changement s’explique par le fait d’une plus grande malléabilité inhérente à ces âges.
    Faux, c'est simplement une période de la vie ou il y a plus d'occasions de changements. En effet, lorque soumisent aux mêmes types d'influences les personnes agées changent d'avis au même titre que les plus jeunes.
  20. La théorie de la dominance sociale représente un des plus récents efforts d’intégration des connaissances en psychologie sociale. Lesquels des énoncés suivants sont des propositions distinctives de cette théorie?
    1. Les groupes dominants développent des idéologies afin de légitimer les inégalités sociales et de perpétuer leur dominance.
    2. Une catégorie de mythes de légitimation accentue la hiérarchie sociale (ex. : le racisme ou le sexisme).
    3. Une catégorie de mythes de légitimation atténue la hiérarchie sociale (ex. : le féminisme ou le multiculturalisme).
    4. Une catégorie de rôle social accentue la hiérarchie sociale (ex. : policier ou soldat).
    5. Une catégorie de rôle social atténue la hiérarchie sociale (ex. : syndicaliste ou travailleur social).
    A) Les énoncés 4 et 5.
    B) Les énoncés 1 à 3.
    C) Les énoncés 2 à 4.
    D) Tous les énoncés.
    D) Tous les énoncés.
    (this multiple choice question has been scrambled)
  21. La théorie de la dominance sociale propose un nouveau concept psychologique, l’orientation à la dominance sociale (ODS), afin de rendre compte du degré d’adhésion des individus à des mythes de légitimation. Une échelle de mesure de cette orientation s’est avérée fortement prédictive ou associée à divers comportements et attitudes. Décrivez au moins une façon d’interpréter ces corrélations.
    • Selon certains, l'ODS représente un trait de personnalité, une caractéristique stable et profondément ancrée chez les individus qui les prédispose à avoir des préjugés.
    • Plusieurs recherchent montrent que la position sociale augmente l'adhésion à des mythes de légitimation ce qui démontre que l'ODS ne serait pas un trait stable mais un système de croyance relativement malléables, résultant d'un processus de socialisation en groupe.
  22. À l’instar de Lewin, de nombreux théoriciens de la socialisation organisationnelle suggèrent l’existence de trois principaux stades de socialisation. Lequel de ces stades est le plus intense, déstabilisateur ou stressant, et pourquoi?
    1) la rencontre :
    2) la métamorphose :
    3) la stabilisation :
    1) la rencontre :C'est la période initiale intense de socialisation ou le but serait de délester l'individu de ses anciennes valeurs.C'est la période au cours de laquelle l'individu cherche à s'intégrer au sein d'un nouveau groupe ou d'une organisation.
  23. Lorsqu’un individu intègre une organisation, il développe avec le temps un sentiment d’engagement qui implique l’adoption de valeurs et de normes propres à cette organisation. Ces valeurs et normes n’ont pas toutes la même importance. Certaines sont capitales, d’autres sont désirables. Selon Schein (1987), on trouve trois types de réponses individuelles à la socialisation organisationnelle. Quelles sont-elles?
    • 1)La rebellion: le rejet de toutes les valeurs et de toutes les normes
    • 2)L'individualisme créatif: l'acceptation des valeurs et des normes capitales seulement et le rejet des autres normes et valeurs.
    • 3)Le conformisme: l'acceptation de toutes les valeurs et de toutes les normes.
  24. Parmi les énoncés ci-dessous, lequel correspond à la définition d’un leader?
    A) Le leader est une personne qui formule un projet personnel et qui réussit à influencer d’autres personnes pour l’aider à compléter son projet.
    B) Le leader met l’accent sur la persuasion, sur l’incitation à l’action plutôt que sur la contrainte.
    C) Le leader utilise des moyens externes apparents pour influencer les groupes.
    D) Les gens sont habituellement mécontents de se soumettre aux désirs du leader.
    A) Le leader est une personne qui formule un projet personnel et qui réussit à influencer d’autres personnes pour l’aider à compléter son projet.
    (this multiple choice question has been scrambled)
  25. On peut distinguer trois grandes approches pour l’étude du leadership. Quelles sont-elles?
    • L'approche personnaliste
    • L'approche situationniste
    • L'approche interactionniste
  26. On peut caractériser le comportement des leaders en les représentant sur deux dimensions distinctes et relativement indépendantes. L’une de ces dimensions renvoie à des comportements orientés vers (?), l’autre renvoie à des comportements orientés vers (?)
    a) les dissidents
    b) la cohésion dans le groupe
    c) la victoire
    d) la tâche
    • b) la cohésion dans le groupe
    • d) la tâche
  27. La grille managériale de Blake et Mouton (1978) est un bon exemple de théorie personnaliste du leadership, puisqu’elle suppose l’existence d’un style de commandement idéal, peu importe la situation. Décrivez ce style.
    C'est faux. Il semble que le leadership autoritaire donne d'aussi bon résultats au niveau de la productivité que le leadership démocratique.
  28. Après avoir examiné plus de 40 recherches évaluant l’efficacité des méthodes de leadership, Stogdill (1974) est arrivé à la conclusion que le style démocratique ou participatif n’est pas, en soi, associé à une augmentation de la productivité.
    Vrai
  29. Les différences importantes dans les styles de commandement autoritaire ou démocratique ne semblent pas se situer sur le plan (?), mais plutôt sur le plan (?)
    a) des attitudes et de la motivation des subordonnés
    b) de la personnalité du chef
    c) de l’histoire du groupe
    d) de la réalisation de la tâche
    • d) de la réalisation de la tâche
    • a) des attitudes et de la motivation des subordonnés
  30. Les membres du groupe sont en quelque sorte aveuglés par leur volonté de bien s’entendre, ce qui les amène à commettre de graves erreurs qui, autrement, seraient évitées. En effet, les membres d’un groupe ayant une forte cohésion voient leur désir d’unanimité l’emporter sur le besoin d’évaluer d’une manière réaliste les différentes options possibles. Comment appelle-t-on ce phénomène?
    A) La pensée groupale.
    B) L’effet de polarisation.
    C) La désindividuation.
    D) Le déplacement vers l’audace.
    A) La pensée groupale.
    (this multiple choice question has been scrambled)
  31. Quel est l’effet du type de prise de décision (en groupe ou individuelle) sur la polarisation de celle-ci?
    A) Il y a une plus grande polarisation des attitudes lors de la prise de décision collective.
    B) Il y a une plus grande polarisation des attitudes lors de la prise de décision individuelle.
    C) Peu importe le fait d’être en groupe ou non, le simple fait d’y penser suffit à polariser les points de vue.
    D) Il est clair qu’un individu seul est plus audacieux dans ses choix qu’un grand groupe.
    A) Il y a une plus grande polarisation des attitudes lors de la prise de décision collective.
    (this multiple choice question has been scrambled)
  32. Selon Latané, auteur de la théorie de l’impact social, l’influence du groupe sur l’individu dépend de trois facteurs : le nombre de personnes dans le groupe, la force des sources d’influence et... 
    A) la possibilité de faire un choix.
    B) la proximité de la source par rapport à la cible.
    C) la possibilité d’une confrontation.
    D) la proximité de la menace.
    B) la proximité de la source par rapport à la cible.
    (this multiple choice question has been scrambled)

What would you like to do?

Home > Flashcards > Print Preview